Les Postiches : Un gang des années 80 (Documents) par Patricia Tourancheau

Les Postiches : Un gang des années 80 (Documents)

Titre de livre: Les Postiches : Un gang des années 80 (Documents)

Éditeur: Fayard

Auteur: Patricia Tourancheau


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Patricia Tourancheau avec Les Postiches : Un gang des années 80 (Documents)

Nouvelle bande à Bonnot, financiers d’Action directe, enfants perdus de la gauche ou gangsters de la banlieue sud ?

De 1981 à 1986, des bandits inventifs et culottés dévalisent les banques en plein jour. Pas les fonds de caisses minables, mais l’or enfermé dans les coffres des particuliers.

Déguisés, ils arborent des postiches : perruques, barbiches, moustaches, lunettes, masques et loups. Ils s’habillent en gentlemen avec costumes griffés, redingotes bleu marine, manteaux en loden vert et chapeaux cloches anglais.

Politisés, ils annoncent à l’entrée « contrôle fiscal » au lieu de « c’est un hold-up », dissertent parfois sur le gouverment socialo-communiste ou enfilent un masque de Georges Marchais.

Gonflés, ils prennent possession des banques, retiennent en otages employés et clients et restent à l’œuvre de quarante-cinq minutes à deux heures.

Expérimentés, ils ouvrent à la chaîne les coffres de ces messieurs-des-beaux-quartiers au marteau et au burin.

Organisés, ils enfournent dans des sacs à pommes de terre ou des surplus kaki de l’armée américaine lingots, pièces de monnaie, billets et bijoux.

Bigarrés, ils s’expriment à la fois en français, en verlan, en hébreu, et l’un d’eux zézaye.

Gantés, ils ne laissent jamais d’empreintes et emportent le film de vidéo-surveillance.

Le travail terminé, ils disparaissent à bord de voitures rapides et prennent toujours la police de vitesse.

La presse les a surnommés « le gang des burins », des « marteaux », des « lodens » ou « le gang des Postiches ».

Livres connexes

Nouvelle bande à Bonnot, financiers d’Action directe, enfants perdus de la gauche ou gangsters de la banlieue sud ?

De 1981 à 1986, des bandits inventifs et culottés dévalisent les banques en plein jour. Pas les fonds de caisses minables, mais l’or enfermé dans les coffres des particuliers.

Déguisés, ils arborent des postiches : perruques, barbiches, moustaches, lunettes, masques et loups. Ils s’habillent en gentlemen avec costumes griffés, redingotes bleu marine, manteaux en loden vert et chapeaux cloches anglais.

Politisés, ils annoncent à l’entrée « contrôle fiscal » au lieu de « c’est un hold-up », dissertent parfois sur le gouverment socialo-communiste ou enfilent un masque de Georges Marchais.

Gonflés, ils prennent possession des banques, retiennent en otages employés et clients et restent à l’œuvre de quarante-cinq minutes à deux heures.

Expérimentés, ils ouvrent à la chaîne les coffres de ces messieurs-des-beaux-quartiers au marteau et au burin.

Organisés, ils enfournent dans des sacs à pommes de terre ou des surplus kaki de l’armée américaine lingots, pièces de monnaie, billets et bijoux.

Bigarrés, ils s’expriment à la fois en français, en verlan, en hébreu, et l’un d’eux zézaye.

Gantés, ils ne laissent jamais d’empreintes et emportent le film de vidéo-surveillance.

Le travail terminé, ils disparaissent à bord de voitures rapides et prennent toujours la police de vitesse.

La presse les a surnommés « le gang des burins », des « marteaux », des « lodens » ou « le gang des Postiches ».Nouvelle bande à Bonnot, financiers d’Action directe, enfants perdus de la gauche ou gangsters de la banlieue sud ?

De 1981 à 1986, des bandits inventifs et culottés dévalisent les banques en plein jour. Pas les fonds de caisses minables, mais l’or enfermé dans les coffres des particuliers.

Déguisés, ils arborent des postiches : perruques, barbiches, moustaches, lunettes, masques et loups. Ils s’habillent en gentlemen avec costumes griffés, redingotes bleu marine, manteaux en loden vert et chapeaux cloches anglais.

Politisés, ils annoncent à l’entrée « contrôle fiscal » au lieu de « c’est un hold-up », dissertent parfois sur le gouverment socialo-communiste ou enfilent un masque de Georges Marchais.

Gonflés, ils prennent possession des banques, retiennent en otages employés et clients et restent à l’œuvre de quarante-cinq minutes à deux heures.

Expérimentés, ils ouvrent à la chaîne les coffres de ces messieurs-des-beaux-quartiers au marteau et au burin.

Organisés, ils enfournent dans des sacs à pommes de terre ou des surplus kaki de l’armée américaine lingots, pièces de monnaie, billets et bijoux.

Bigarrés, ils s’expriment à la fois en français, en verlan, en hébreu, et l’un d’eux zézaye.

Gantés, ils ne laissent jamais d’empreintes et emportent le film de vidéo-surveillance.

Le travail terminé, ils disparaissent à bord de voitures rapides et prennent toujours la police de vitesse.

La presse les a surnommés « le gang des burins », des « marteaux », des « lodens » ou « le gang des Postiches ».